♥ Paris, Je t’aime ♥

♥ Paris, Je t'aime ♥

♥ Paris, Je t’aime ♥

Ceci est la Rage, la Colère, la fureur dictée par un sentiment d’impuissance…d’accablement…de désarroi… :

J’ACCUSE

Paroles de la Chanson de Michel Sardou

J’accuse les hommes un par un et en groupe
J’accuse les hommes de cracher dans leur soupe
D’assassiner la poule aux yeux d’argent
De ne prévoir que le gout de leur dents.

J’accuse les hommes de salir les torrents
D’empoisonner le sable des enfants
De névroser l’âme des pauvres gens
De névroser le fond des océans

J’accuse les hommes de violer les étoiles
Pour faire bander le cap Canaveral
De se repaitre de sexe et de sang
Pour oublier qu’ils sont des impuissants.

De rassembler les génies du néant
De pétroler l’aile des goélands
D’atomiser le peu d’air qu’ils respirent
De s’enfumer pour moins se voir mourir

J’ACCUSE!

J’accuse les hommes de crimes sans pardon
Au nom d’un homme ou d’une religion
J’accuse les hommes de croire des hypocrites
Moitié PD, moitié hermaphrodite

Qui jouent les durs pour enfoncer du beurre
Et s’agenouillent aussitôt qu’il ont peur
J’accuse les hommes de se croire des surhommes
Alors qu’ils sont bêtes à croquer la pomme!

J’accuse les hommes, je veux qu’on les condamne
Au maximum qu’on arrache leur âme
Puis qu’on la jette aux rats et aux cochons
Pour voir comment eux il s’en serviront!

J’accuse les hommes en un mot comme en somme
J’accuse les hommes d’être bêtes et méchants
D’être à marcher au pas des régiments
De n’être pas des hommes tout simplement!

…Voilà, je ne comprendrai jamais pourquoi nous, les Hommes, on ne se laisse jamais contagier par

LA MALADIE D’AMOUR

Elle court, elle court, la maladie d’amour,
Dans le cœur des enfants de 7 à 77 ans.
Elle chante, elle chante, la rivière insolente
Qui unit dans son lit
Les cheveux blonds, les cheveux gris.

Elle fait chanter les hommes et s’agrandir le monde.
Elle fait parfois souffrir tout le long d’une vie.
Elle fait pleurer les femmes, elle fait crier dans l’ombre
Mais le plus douloureux, c’est quand on en guérit.

Elle court, elle court, la maladie d’amour,
Dans le cœur des enfants de 7 à 77 ans.
Elle chante, elle chante, la rivière insolente
Qui unit dans son lit
Les cheveux blonds, les cheveux gris.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s